fren
Connexion

Login to your account

Username *
Password *
Remember Me

Actualites

Prison principale de Dschang: Les yeux rivés vers Asfhcam pour le désengorgement

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Surpeuplé à plus de 40%, ce centre pénitentiaire qui reçoit pour la première fois des humanitaires de cette envergure, mise sur cette visite pour « respirer ».

Sous impulsion des nouveaux membres de Dschang, l’association Avocats Sans Frontières Humanitaires du Cameroun (Asfhcam) a ouvert une clinique juridique à la prison de la ville de Dschang. C’était le13 Novembre 2018 dernier. Comme à l’accoutumée, les membres ont examiné les différents cas, des détenus mineurs, adultes et femmes. En tout, dans cet établissement, ils sont 334 prisonniers pour une capacité de 200.  Ils ont quasiment tous manifesté la volonté d’avoir un entretien avec au moins un membre de l’association. Cet engouement s’explique par le fait que ce soit la première fois qu’ils reçoivent la visite de ce type d’humanitaires, ceux par qui la lueur d’espoir renait. Nous a confié le regisseur Ayang haiissala Albert. Il espère d’ailleurs que grâce à ces consultations juridiques, Asfhcam pourra agir rapidement et efficacement dans le but de désemplir cette prison qui visiblement étouffe. 

Sur les cent cas examinés, 53% sont toujours en attente de jugement et pour certains, cela fait plus de vingt-quatre mois qu’ils attendent. La quasi-totalité des prévenus interrogés ne sont assistés d’aucun conseil, faute de moyens. Il y en a qui ne sont même pas encore passés à l’information et certains depuis leur passage devant le juge d’instruction, n’ont plus jamais eu de suite et cela fait des mois voire années que cela dure. Asfhcam a donc du pain sur la planche. Comment compte-t-elle procéder pour voler au secours de ces prévenus visiblement abandonnés à eux-mêmes ? Me Tchatat Pélérine, présidente fondatrice d’Asfhcam, dévoile une partie du plan d’action : « Nous allons commencer par les cas pendant en information judiciaire. Ils seront suivis afin que l’information judiciaire soit bouclée et renvoyée devant le juge d'instruction. S’agissant de ceux qui sont devant le juge de jugement, ils seront assistés des .membres d’Asfhcam ». Vivement que ces actions démarrent pour un nouveau chapitre dans l’histoire de ces détenus de la ville de Dschang."

A L’école du Droit

" Chaque être humain a doit a la vie ...."

Charte Africaine des Droits de l'Homme, 1980 Ratifie par le Cameroun en 2012.

Partenaires

PROMO 008 | Dream Law Association | APPRODH | UJAC CAmeroun | Justice et Liberte | A30PROFFEDCAM

Restez Connecté

 
 
©2021 ASFHCAM. All Rights Reserved. Designed By AZMULTIMEDIA

Search